Comment prendre conscience de notre dialogue interne (Partie 2) ?

Bonjour à tous,

Je poste cet article en complément du premier test sur la prise de conscience de nos pensées.

Depuis le premier article, j’ai pu expérimenté et comprendre comment prendre conscience de notre discours interne. Je l’ai d’ailleurs conseillé à une de mes clientes et cela a aussi très bien fonctionné pour elle.

En fait, de base, je vous conseille d’avoir un carnet de voyage près de vous et d’y noter tout ce qui va surgir dans votre tête, mais aussi dans votre corps suite à ce nouveau test.

L’exercice est le suivant :

Chaque jour, soit à chaque heure, soit à des moments clés de votre journée (au levé, au moment de déjeuner, à midi, au soir, avant d’aller dormir… par exemple), noter ce qui se dit dans votre tête et le sentiment que vous avez dans votre corps. (Petit truc, si vous êtes qqun qui reçoit beaucoup de mail sur Outlook qui apparaissent en pop up sur votre écran en bas à droite, vous pourrez noter vos pensées et ressentis à chaque nouveau mail par exemple… En gros, il faut trouver un truc que vous faites souvent ou qui vient vous perturber souvent dans la journée, cela vous permettra d’accrocher à cet exercice.)

Au début, je trouvais cela très lourd et je n’arrivais bien à cibler ni mes pensées, ni mes émotions, ni mon ressentis dans le corps. Je vous renvoie à mon article « Comment arriver à ressentir ses émotions dans le corps ? » (en cours d’écriture :-P) et aussi « Comment comprendre ce qui se passe dans ma tête ? ».

Une fois que vous arrivez à ressentir vos émotions dans votre corps et à cibler vos pensées, vous les écrivez dans votre carnet. Cela va vous obliger à vous arrêter plusieurs foirs par jour et à prendre conscience que vous êtes en train de partir dans votre monde imaginaire fait de croyances limitantes et idées pré-conçues. Plus vous ferez l’exercice, plus cela deviendra une habitude et plus vite vous pourrez arrêter ce flux de pensées (souvent négatif à votre égard et/ou à l’égard de votre environnement).

Casser ce flux de pensée est une étape importante car à chaque fois que vous allez vous en rendre compte, au lieu de continuer à vous embourber dans ce ras de marée de pensées qui va finir par vous déconnecter de la réalité, vous allez vous mettre à prendre conscience que ce qui se dit dans votre tête est loin d’être réel… Vous aurez même envie de vous dire « ok, si c’est pas réel, qu’est ce qui est finalement réel en ce moment ? » Souvent, après une bonne inspiration et une longue expiration, un regard posé sur les choses et personnes autour du vous, les pieds bien ancrés dans le sol, vous vous rendrez compte que vous êtes là, bien vivant, ancré(e) dans le sol et que ça c’est la réalité. La vrai réalité et non pas celle imaginée dans votre tête.

Après plusieurs jours de tests, je vous conseille de vous relire, de cibler « les personnalités » ou « petites voix » qu’a votre petit juge intérieur. Comme dans mon cas, je vous conseille d’associer ces personnalités à des moments de votre vie où vous avez accepté cette petite voix, cette personnalité.
Sachez toujours qu’une petite voix c’est vous qui l’avez accepté et c’est vous qui l’entretenez dans votre tête. Elle part TOUJOURS d’un bon sentiment, de son envie de vous protéger…

Prenez donc conscience de ces petites voix, de leur origine. Trouvez dans cette origine, la raison de cette petite voix et accepter cette petite voix comme simplement, une petite voix qui vous veut du bien. Une fois que vous aurez fait la paix avec cette petit voix, vous pourrez plus facilement y faire fasse en la rassurant, en lui disant que vous avez bien compris pourquoi elle est là mais contrairement à la circonstance où elle est née, vous avez plus de ressources maintenant, vous êtes plus entourée de bonnes personnes qu’auparavant… et vous verrez, cette petite voix vous laissera tranquille… Elle ne mourra pas pour autant, elle peut revenir vous ennuyer de temps en temps mais plus vous la rassurerez, plus elle laissera la place à une voix encourageante qui vous donnera envie de continuer d’avancer, de poser des actes et faire de votre vie une belle réussite !

Je vous souhaite beaucoup de plaisir avec cet exercice, car si vous êtes créatif(ve), vous pourrez vous amuser à mettre des noms sur ces petites voix, à les dessiner et à exagérer certains traits de ces petites voix et du coup, de rire de certaines voix qui finalement vous terrorisait ou vous démoralisait… A vos crayons, et commencez dès maintenant ce test pour prendre conscience de votre discours intérieur !

Mettez ci dessous vos feedback, vos dessins, vos difficultés pour réaliser ce test, je serais heureuse de partager cela avec vous 🙂

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *